Le blog du NPA82

Dans la santé, en finir avec l'austérité

Dans la santé, dans tous les services publics

En finir avec l'austérité

Sous prétexte de la dette publique et de la lutte contre les déficits, ici, comme dans toute l'Europe, le système public de santé, subit les attaques destructrices des politiques d'austérité. Ces attaques touchent tant le financement du système de soins (l'assurance maladie) que le service public de santé, l'hôpital public et la psychiatrie publique. Elles rendent l'accès aux soins de plus en plus difficile pour une partie de la population : baisse de la part des soins remboursés par la Sécurité sociale, augmentation du coût des mutuelles, franchises médicales, dépassements d'honoraires, mais aussi éloignement des lieux de soins, avec l'apparition de véritables « déserts médicaux ».

Le gouvernement accélère la cadence

Ces réformes visent à ouvrir encore plus largement le marché de la santé aux intérêts privés : assurances, hospitalisation privée, laboratoires pharmaceutiques... Non seulement Hollande n'est pas revenu sur les contre-réformes de Sarkozy, mais il en accélère la cadence.

La privatisation des soins de ville (hors hôpital) s'accélère. La Sécurité sociale en finance juste un peu plus de la moitié, et le moment approche où cette partie des soins sera directement sous la coupe de réseaux concurrentiels de soins privés contrôlés par les assurances ou les mutuelles entre lesquelles la différence devient de plus en plus mince. La loi Touraine fournit le cadre juridique à ce basculement.

Quant à l'hôpital, non seulement ses missions se voient sans cesse réduites et mises en concurrence avec les établissements privés, mais il est en plus désormais sommé de fonctionner selon les normes de l'entreprise privée : la rentabilité d'abord, la qualité et la sécurité des soins après.

Mobilisation des salariéEs et de la population

Face à ces politiques, des luttes se sont développées, luttes des populations contre les fermetures d'établissements de proximité ou de services, luttes des personnels hospitaliers pour la défense des RTT, de leurs conditions de travail et des emplois statutaires...

Le bras de fer engagé aujourd'hui par les personnels des Hôpitaux publics de la région parisienne peut être un tournant pour mettre en échec l'austérité dans la santé. Partout les 35 heures sont remises en cause.

La loi de santé dite Touraine, en débat parlementaire, permettra d'accélérer les fermetures de services et d'établissements et de supprimer de nouveaux emplois.

La lutte des hospitaliers de la région parisienne ne concerne pas que les personnels hospitaliers. C'est aussi de l'avenir de l'Hôpital public et du droit à la santé pour tous qu'il est question. Elle participe de la lutte de l'ensemble des salariéEs de la fonction publique. Le 11 juin, hospitalierEs, professeurEs des collèges seront en grève et dans la rue. Le 13 juin, a lieu à Guéret une manifestation nationale pour la défense de tous les services publics, le 25 juin, la mobilisation nationale de la santé et de l'action sociale initiée par la CGT, SUD et FO.

Ces mobilisations appellent à la solidarité de toutes et tous. C'est aussi l'affaire de toutes et tous d'aider à leur convergence, de leur donner une suite pour mettre en échec les attaques du gouvernement et du patronat.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article