Le blog du NPA82

Ouvrons les frontières!

CHASSE AUX MIGRANTS, REPRESSION DE LEURS SOUTIENS : UNE POLITIQUE DE DROITE ET DE LA MATRAQUE

Près de 2000 migrants errent dans les rues de la capitale. D'autres stationnent à Calais bien sûr, mais aussi à Metz, Rennes et d'autres villes de France. Actuellement, certains sont coincés à la frontière franco-italienne, victimes d'un bras de fer politique révélant le cynisme et l'inconséquence d'une Europe qui refuse toute politique commune d'asile à commencer par la proposition de conditions d’accueil dignes.

Une chasse à l'homme en plein Paris

Suite à l'expulsion des migrants du campement du métro La Chapelle, le 2 juin, le gouvernement PS-Medef s'adonne à la surenchère en expulsant, pourchassant, arrêtant et tabassant les migrants comme leurs soutiens. Il refuse toute solution de relogement digne et pérenne, criant à la manipulation politique des “soutiens” et du NPA en particulier, mentant sur les revendications des migrants. Bref, une politique de droite et de la matraque orchestrée à quelques semaines de la présentation d'un projet de loi régressif sur le droit d'asile, et dans le cadre plus général d'une politique libérale, répressive et xénophobe qui tente de nous diviser et de faire porter la responsabilité des maux de notre société aux migrants, aux sans-papiers, aux immigrés.

Une politique répressive générale

Cette chasse à l'homme en plein Paris est emblématique d'une criminalisation du mouvement social. En témoigne le développement rampant et jamais médiatisé de la répression syndicale. En témoigne l'acharnement policier et juridique contre les militants de la campagne BDS qui combattent la politique d'apartheid du régime Israélien. En témoigne plus largement l'interdiction des manifestations et la militarisation toujours plus fréquente de leur encadrement, jusqu'au drame prévisible de la mort du jeune Rémi Fraisse sur la ZAD de Sivens.

De l'air, ouvrons les frontières !

La résistance existe partout en France et en ce moment à Paris. Deux semaines après leur expulsion, les migrants et leurs soutiens continuent de se battre. Ces soutiens d'ailleurs, qui sont-ils ? Des organisations politiques bien sûr, comme le NPA. Mais aussi des organisations syndicales, des associations ou de simples riverains. Oui, il existe une solidarité populaire. Non, la racaille ce ne sont pas les migrants, ce sont le gouvernement et ses régiments. De l'air, ouvrons les frontières ! Le NPA demande, à Paris comme ailleurs :

  • un lieu d'accueil collectif pour permettre aux migrants de s'organiser ;

  • des solutions descentes d'hébergement, pérennes et ne disséminant pas les migrants ;

  • une réforme du droit d'asile et sa mise en œuvre respectueuse de ce droit fondamental ;

  • Une politique européenne d'asile et d'accueil ;

  • la fin des interventions militaires impérialistes provoquant ces flux migratoires ;

  • la liberté d'installation et de circulation ;

  • la régularisation de tous les sans-papiers.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article