Le blog du NPA82

En grèvE pOur faIrE valls’Er la lOI TravaIl ET sOn gOuvErnEmEnT

En grèvE pOur faIrE valls’Er  la lOI TravaIl  ET sOn gOuvErnEmEnT

Après les raffineurs, voilà le tour des cheminotEs, des agents de la RATP, des salariéEs du secteur aérien de rentrer dans la grève qui dure, celle qui bloque, celle qui fait mal au portefeuille des actionnaires et des patrons…

C’est vraiment le moment d’y aller une bonne fois pour toutes pour faire reculer ce gouvernement, avec les multiples initiatives de blocages de zones industrielles, de plateformes logistiques, de dépôts de carburant ! Des grèves éclatent dans plusieurs entreprises contre la dégradation des conditions de travail (chez PSA), pour l’augmentation des salaires (chez Amazon), contre les licenciements (chez Vallourec), contre la précarité (à la Poste)…

La lutte contre la loi Travail révèle l’ensemble de la colère sociale qui couve depuis des années, la mobilisation redonne de l’air à toutes celles et ceux qui ne veulent plus subir et sont prêts à relever la tête. Le mouvement est donc entré dans une nouvelle étape. Le gouvernement envoie les CRS lever brutalement les blocages, mais ce n’est pas cela qui remettra en route les raffineries ni fera rouler les trains ou voler les avions…

En lutte jusqu’au retrait

Le mouvement a isolé le gouvernement, qui est minoritaire dans le pays comme à l’Assemblée. Il cherche à diviser les grévistes d’un côté en faisant quelques annonces, un jour pour les routiers, le suivant pour les cheminotEs en encore après pour les enseignantEs, de l’autre en criminalisant les syndicalistes.

L’obliger à retirer sa loi est aujourd’hui possible.

Ce n’est pas seulement un article, le 2, qui est inacceptable, c’est toute la loi, qui détruit la médecine du travail, facilite les licenciements, déréglemente la durée du travail ou les congés, qui soumet les droits des salariéEs aux « besoins des entreprises » Il n’y a rien à discuter, ni à négocier sans que le gouvernement n’ait auparavant totalement retiré son projet de loi, car l’ensemble de ce projet de loi est néfaste pour l’ensemble du salariat. On reste fermes et déterminés : ce projet n’est ni amendable ni négociable !

On amplifie les grèves, on va jusqu’au bout!

Le mois de juin s’annonce chaud… L’heure est aujourd’hui à l’extension de la grève. Il faut aider à surmonter les doutes, convaincre, faire de chacun et chacune des militants du mouvement. Il faut préparer la journée de grève du 14 juin et la manifestation nationale à Paris mais d’ici là, il faut surtout développer, renforcer les grèves dans les entreprises et dans la Fonction Publique, qui sera la prochaine cible si la loi El Khomri est adoptée. On n’a jamais été aussi près de la victoire. Défendons aussi toutes les revendications qui peuvent contribuer à généraliser le mouvement à l’ensemble des salariés : à commencer par la réduction massive du temps de travail et son partage entre toutes et tous.

Ils ne nous représentent pas, qu’ils s’en aillent tous!

Avec le 49.3, Valls et Hollande lient eux-mêmes le sort de leur gouvernement à celui de la loi travail minoritaire : Aucune hésitation, il faut faire tomber ce gouvernement, qui se bat contre nos intérêts et pour ceux des grands patrons. Nous sommes une majorité qui ne veut plus de ce système, basé sur les profits et l’exploitation, ni de ceux qui la défendent. Il est aussi temps de mettre en avant une autre façon de gouverner et de faire fonctionner la société, celle qui permettra enfin de faire respecter les libertés démocratiques et de mettre en place un gouvernement entièrement dévoué à la satisfaction des besoins du plus grand nombre, un gouvernement des travailleurs au service des travailleurs ! Valls, Hollande, Gattaz peuvent partir, nous pouvons faire fonctionner la société sans eux. Ils ont les millions mais nous sommes le nombre.

1 juin 2016

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article