Le blog du NPA82

Après le 12, on lache rien !

 

 

 

Contre le gouvernement et sa politique

Pour l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires et le retrait de la loi d’orientation

Après le 12, on lâche rien !

 

Décret sur les rythmes scolaires : les enseignants disent non ! Abrogation !

Pour le NPA, l’organisation de la semaine n’est pas seulement une affaire de calendrier, elle doit permettre l’émancipation de la jeunesse, particulièrement celle des classes populaires. Cela suppose de s'adapter au rythme de chaque élève pour améliorer les conditions de formation intellectuelle, culturelle et sportive de tous. Pour cela, il faut des postes et libérer du temps pour les enseignant. Le NPA revendique :

- le rétablissement des RASED et de tous les postes supprimés

- 24 élèves maximum par classe (20 en ZEP)

- la création immédiate de 100 000 postes

- pour les enseignants : 15 heures maximum « devant élèves »

afin de libérer du temps pour préparer les cours, rencontrer les parents, se former…

 

Le 23 janvier, malgré l'opposition des enseignants et de leurs syndicats, Peillon a promulgué son décret réformant les rythmes scolaires. Un décret qui n’a rien à voir avec l'intérêt des élèves :

- Le cadre national de l'enseignement est affaibli : les « Projets Éducatifs Territoriaux » ouvriraient la voie à la soumission des écoles et enseignants aux collectivités locales. Cela renforcerait les inégalités entre les communes qui n’ont pas toutes les mêmes moyens.

- La gratuité est encore rognée, car il est même question que des services périscolaires soient payants.

- Enseignants et élèves devront travailler le mercredi matin tandis que l’hypothèse d'allongement de la pause méridienne commence à se préciser. Ces mesures signifieraient inévitablement une augmentation de la charge de travail des personnels, au détriment de la qualité de leur travail.

- En parallèle, les conditions de travail des personnels communaux ne pourront que se dégrader, le gouvernement vient de décider « d’assouplir » les taux d’encadrement

 

Avec les enseignants du primaire, le NPA exige l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires.  

Mobilisons-nous contre le projet de loi Peillon et pour des créations de postes.

En fait, le décret sur les rythmes scolaires est la première application concrète de la loi d’orientation. Avec cette loi, Peillon maintient le cap des politiques menées par la droite. Il réaffirme le socle commun comme base d’une école à deux vitesses, développe la logique de l’individualisation et du mérite.

Il prépare des attaques contre les statuts. Les enseignements artistiques sont menacés. Des super conseil d’administration écoles/collège seront créés, avec la mise en place d’un cycle CM2/6ème ouvrant la porte à la mutualisation des moyens et des personnels.

Ce projet de loi doit également être relié à la future loi de décentralisation qui prévoit de transférer l’orientation et les cartes de formations professionnelles initiales aux régions qui seront chargées d’adapter l’offre de formation aux besoins économiques des territoires. La loi Peillon accentue le rapprochement école-entreprise et multiplie les mesures d’éclatement du caractère national de l’école.

 

En parallèle, Peillon valide les 80000 suppressions de poste du gouvernement précédent. Il a promis 60000 postes, mais pour l’instant il n’e en pas créé un seul ! Les recrutements prévus au budget remplaceront uniquement les départs en retraite !

 

 

 

 

 

 

 

Après le 12 février : tous en grève, tous dans la rueD’ores et déjà, le ministre a annoncé qu’il allait s’atteler à réformer les rythmes scolaires au collège et au lycée.

L'heure est à l'élargissement de la mobilisation à tous les secteurs de l’éducation nationale et à l’intensification du mouvement.

 

Par leur mobilisation, les enseignants du premier degré ont pu imposer l'unité contre le décret sur les rythmes scolaires, aboutissant à la grève du 12 février. Cette journée est une première réussite, mais nous ne gagnerons pas avec de simple journées d’action : nous aurons besoin d’un mouvement national, massif et reconductible pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires, le retrait de la loi d’orientation et la création des postes nécessaires.

 

C’est toute une politique qu’il faut combattre 

Les réformes que combattent les enseignants n'ont rien de spécifique. C'est toute une politique qui est en cause, celle du gouvernement Hollande-Ayrault, qui se situe dans la stricte continuité de celle de Sarkozy, une politique guidée par les exigences du MEDEF.

 

Les travailleurs, les jeunes, la majorité de la population ne peuvent défendre leurs intérêts qu’en construisant une opposition de gauche, dans la rue, dans les luttes, radicale et unitaire, pour combattre le gouvernement et sa politique d’austérité. Cela signifie développer unifier les mobilisations pour construire un rapport de force contre le gouvernement et le patronat. Les luttes contre les licenciements à PSA, GoodYear, Sanofi… celle des instits contre les réformes Peillon, ouvrent la voix au combat commun contre le gouvernement. C’est cette opposition que le NPA veut construire, avec toutes celles et tous ceux qui sont prêts à lutter contre les politiques d’austérité menées par ce gouvernement.

 

 

Il n’y a pas d’issue à la crise sans une rupture radicale, à travers une mobilisation d’ensemble, pour imposer un gouvernement capable d’appliquer des mesures anticapitalistes : annuler la dette et les mesures d’austérité, exproprier le système bancaire, interdire les licenciements, partager le temps de travail, augmenter les salaires, socialiser les grands groupes industriels, réorganiser la production en fonction des besoins sociaux et environnementaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article