Le blog du NPA82

Dissolution de l'ARDT : "La culture est en danger en Midi-Pyrénées".

Nous pouvons remercier pour cela Martin Malvy (PS) président du Conseil régional et Dominique Salomon (PRG) vice président à la culture. Apres la dissolution du théatre de la Digue (Toulouse) le 30 juin dernier, c'est cette association qui disparait.

La culture est en danger. Défendons là!

Communiqué de presse :

 

Le mardi 28 juin 2011, la dissolution de lʼARDT ( Association Régionale de Diffusion Technique ) et donc du « Parc Régional de Matériel Scénique » a été votée en Assemblée Générale Extraordinaire, avec cessation dʼactivité programmée le 31 octobre.

Le liquidateur choisi par la Région (déjà chargé du dossier du Théâtre de la Digue) aura comme mission prioritaire dʼéviter le démantèlement du parc en trouvant des partenaires, au rang desquels pourraient figurer la Communauté Urbaine du Grand Toulouse et le Conseil Général du Gers.
Il reste donc un peu dʼespoir, mais ne soyons pas naïfs et soulignons la gestion calamiteuse de la Région dont les actes démontrent la volonté de détruire lʼoutil.

Ainsi, la décision de diminuer de 73% la subvention (votée le 13 décembre 2010), nʼa été annoncée au Conseil dʼAdministration que le 15 décembre, assortie de la convocation dʼune AG extraordinaire le 22 décembre pour dissoudre lʼassociation.

Ayant pris cette décision, la Région, qui, depuis 27 ans sʼest donnée la gouvernance de fait de lʼARDT, se devait de rechercher des partenaires pour continuer lʼactivité. Malgré les déclarations dʼintention, rien nʼa été entrepris en amont et les premières discussions formelles nʼont eu lieu quʼentre les 2 tours des élections cantonales, en mars 2011. La réunion avec les conseils généraux et les communautés urbaines qui sʼen est suivi, mal préparée (pas de bilan financier, convocation tardive, ...) ne pouvait aboutir à une solution.

Méthodiquement, la Région a tout mis en oeuvre pour présenter la continuité de lʼactivité comme impossible, influencer les décisions, et rendre irréversible le démantèlement, ce qui aboutit par exemple à la dénonciation du bail locatif en janvier 2012.

Cette dissolution, il nʼest pas inutile de le rappeler, précarise par ailleurs les 6 salariés de lʼAssociation, certains étant approchés individuellement par la DCAV.

Pourtant, des solutions existent.

En effet, malgré la diminution de la subvention, le fonds de réserve associatif permet de terminer normalement lʼexercice 2011. Précisons que si ce fonds existe, cʼest la conséquence directe des économies réalisées par les réductions de personnel et les efforts de gestion des 5 dernières années.

En dehors des soutiens manifestés par les usagers (élus, acteurs culturels, professionnels, collectivités, milieu associatif…), des partenariats sont envisageables.

Ainsi, le conseil général du Gers sʼengage à ouvrir une antenne dès 2012.

De même, la position sans ambiguïté de Pierre COHEN, Président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, favorable à un «service public de prêt de matériel scénique», ouvre de réelles perspectives.

De plus la Région a affirmé, dans un courrier de son président à la CUGT, le maintien dʼune subvention de 100 000€ en cas de financements croisés.

Il est encore possible de maintenir cet indispensable outil, de trouver une solution sous une forme juridique qui reste à redéfinir. La seule condition est la réelle affirmation dʼune volonté politique, concrète, rapide par un rapprochement des partenaires.

Les institutions, doivent se retrouver dans une intelligence collective pour refondre un projet essentiel au devenir de la création régionale, à lʼaide aux collectivités et aux petites structures et au soutien des associations.

Cʼest pour cela que nous vous demandons de vous mobiliser et de venir nombreux début septembre. Nous vous communiquerons la date et le lieu prochainement.

 

Toulouse le 4 juillet, Comité pour le Maintien de lʼARDT, ardt@me.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article