Le blog du NPA82

La gauche et le mouvement de contestation en Russie

manif-moscou.jpg

 

Lors des élections à la Douma d’Etat de ce 4 décembre, la société russe a, grâce à Internet et aux informations fournies par des milliers d’observateurs volontaires, pu prendre la mesure des falsifications massives profitant au parti dirigé par Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev : Russie unie. Le meeting de protestation organisé le 5 décembre a constitué le point de départ d’un mouvement de contestation du système politique en place qui ne cesse de prendre de la vitesse. Le 10 décembre, des mobilisations massives « Pour des élections honnêtes » organisées par des groupes d’opposition issus de différentes tendances politiques ont eu lieu à Moscou et dans presque toutes les grandes villes de Russie.

Selon différentes estimations, ce sont entre 40 000 et 60 000 personnes qui sont descendues sur la place Balotnaya à Moscou. À Saint-Pétersbourg on en comptait près de 10 000, et dans certaines régions (Ekaterinbourg, Novossibirsk, Rostov et d’autres), entre 3 000 et 5 000. Le caractère spontané des mobilisations constitue l’un des éléments qui différencie le plus ces événements de, par exemple, la « Révolution orange » de 2004 en Ukraine. L’opposition n’était absolument pas prête à une politisation soudaine de la société et ne s’attendait pas non plus à ce qu’elle prenne la rue. Le mouvement n’avait pas de direction clairement définie et la plupart des participants au meeting du 10 décembre n’ont pas affirmé leur soutien à l’une ou l’autre des personnalités politiques connues qui occupaient la scène. Deux semaines plus tard, le 24 décembre, un nouveau meeting a rassemblé plus de 100 000 personnes à Moscou. Cela en fait la mobilisation la plus massive de toute l’histoire de la Russie postsoviétique.

 

Les forces politiques

Les partis représentés au Parlement, qui font partie intégrante du système de la « démocratie dirigée » et qui ont obtenu une place dans la nouvelle Douma, – le Parti communiste russe (PCR), le parti Russie Juste de centre-gauche et le LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie, populiste surfant sur le nationalisme) de Jirinovski – ont exprimé leur désaccord vis-à-vis du résultat des élections mais l’ont accepté dans les faits. Ils n’ont pas soutenu les revendications concernant l’annulation des élections du 4 décembre et l’organisation d’un nouveau scrutin, tout comme ils ont refusé de soutenir le mouvement naissant. Bien que des représentants du PCR et de Russie Juste aient pris la parole lors des meetings du 10 décembre, l’immense majorité ne considère pas ces partis comme des forces capables de mener le mouvement. Ainsi, à peu près 1 000 personnes se sont rendues le 18 décembre au meeting organisé par le PCR.

Ce sont en fait les forces politiques exclues depuis de nombreuses années du système Poutine et qui peuvent compter sur leur expérience du travail public et de l’organisation de mobilisations dans la rue qui jouent un rôle politique majeur dans le mouvement : les libéraux (surtout le mouvement « Solidarnost » de Boris Nemtsov), l’extrême droite (les mouvements « Russes », « contre l’immigration illégale », etc.) et l’extrême gauche (Front de gauche, Mouvement socialiste de Russie (RSD), les anarchistes). En outre, les organisations citoyennes telles que le mouvement des observateurs indépendants, les défenseurs des droits de l’homme, le mouvement « ruban blanc » sont également très actifs.

Bien que pour le moment les libéraux occupent le devant de la scène, aussi bien l’extrême droite que l’extrême gauche tentent d’affirmer leur présence, participent au comité organisationnel et proposent des orateurs. La « bataille pour la scène » s’accompagne de conflits. Ainsi la droite siffle et crie durant les interventions des libéraux et de la gauche, et la gauche en fait de même durant les interventions de la droite.

 

Les leaders

Parmi les leaders ayant fait connaître leur nom et obtenu leur popularité dans le cadre des mobilisations on trouve Alexeï Navalnyi, un jeune activiste issu de la société civile et de la lutte contre la corruption qui n’est membre d’aucun parti. Il prône une synthèse entre les libéraux et les nationalistes « modérés », entretient ouvertement de nombreux contacts avec l’extrême droite qu’il considère comme « une part importante du mouvement, représentative de la population ». On trouve également les leaders libéraux Boris Nemtsov et Vladimir Ryjkov qui ont commencé leur carrière dans les années 1990 dans le « camp Eltsine ». Ils disposent du soutien des médias libéraux mais leur passé les discrédite largement aux yeux de la majorité des participants. Il faut également nommer Sergueï Oudaltsov, leader du Front de gauche, un jeune activiste social et politique au passé post-stalinien. Il semble que les autorités considèrent Oudaltsov comme le plus dangereux des leaders du mouvement. Il est écroué et retenu par la police depuis près d’un mois par le biais d’accusations montées de toutes pièces et l’impliquant dans de petits délits. Sa libération était une des revendications des meetings des 10 et 24 décembre. Son intervention vidéo du 24 décembre a rencontré un soutien massif. Ilya Ponomaev, député au Parlement pour Russie Juste et proche du Front de gauche, joue également un rôle très actif. Par ailleurs, parmi les participants aux meetings se sont les figures dites « apolitiques » – les journalistes, les écrivains et les acteurs entretenant principalement des vues libérales – qui jouissent de la plus grande popularité.

 

Les masses

On peut affirmer sans crainte que la majorité absolue des participants aux mobilisations ne soutient aucune force politique. Les 10 et 24 décembre, nombre de personnes présentes n’écoutaient pas les orateurs sur la scène mais faisaient preuve d’un grand intérêt pour les échanges et discussions politiques à l’intérieur du meeting. Selon les données sociologiques intéressantes récoltées par le centre Levada, au meeting du 24 décembre à Moscou 60% des participants étaient des hommes, 62% avaient une formation de l’enseignement supérieur, 31% avaient entre 25 et 39 ans, près de 25% avaient moins de 25 ans et 23% avaient entre 40 et 55 ans. La majorité se range dans la catégorie « spécialiste » (46%) ou bien « étudiant » (12%). En réponse à la question concernant les convictions politiques, la majorité s’est affirmée « démocrate » (31%), « socio-démocrate » (10%) ou communiste/de gauche (13%). On peut également affirmer que de nombreux représentants de la « classe moyenne », du secteur public et des pensionnaires étaient présents aux meetings.

 

La tactique de la gauche

Depuis le départ, la gauche – Front de gauche, RSD, les anarchistes et d’autres – joue un rôle important dans le cours des événements. À Saint-Pétersbourg des membres du RSD ont pris la parole lors des meetings et ont intégré le comité organisationnel. À Moscou un représentant du RSD aurait dû avoir la parole le 24 décembre, mais il ne l’a finalement pas obtenue en raison de manœuvres de la part des libéraux. Dans plusieurs régions (Irkoutsk, Perm, Novossibirsk, Kalouga, Iaroslav) le RSD faisait partie des organisateurs et nos représentants ont pris la parole lors des meetings.

Dès le départ, nous, RSD, nous sommes exprimés en faveur de la plus étroite collaboration possible entre tous les représentants de la gauche radicale lors des mobilisations, pour une tactique commune, pour la formation de ce que nous qualifions de « pôle de gauche » lors des meetings massifs.

Depuis le 5 décembre nous participons activement aux réunions permanentes des groupes de gauche où l’on discute de la situation et de la coordination des actions. Le Front de gauche, les anarchistes, les « Communistes de Russie » (fraction du PCR), le Parti communiste des travailleurs et d’autres y participent également.

L’orientation commune principale consiste à créer des espaces alternatifs à l’intérieur des meetings et à provoquer la discussion avec les passants. Le 24, à Moscou, le RSD disposait d’un stand où il exposait sa littérature et avait organisé un atelier de confection de pancartes auquel pouvaient participer tous ceux qui le souhaitaient. Un « microphone vivant » avait été mis à la disposition de tous. Il y avait également un stand thématique contre la privatisation de la sphère de l’enseignement auquel participaient le syndicat des enseignants et des groupes d’étudiants. Les anarchistes avaient leur propre « micro ouvert ».

 

L’avenir

Il est évident qu’après le 24 il faut s’attendre à une chute de l’activité momentanée, liée à l’hiver et aux fêtes de fin d’année. Cependant, tous comprennent que les élections présidentielles du 4 mars seront décisives et qu’elles sont proches. Poutine essaiera de rester au pouvoir en remportant la victoire dès le premier tour, ce pourquoi il doit récolter 50% des voix. Avec sa popularité en chute libre, il semble évident que cela n’est possible que via des falsifications massives. Le prochain grand rassemblement est prévu pour le 1er février, date correspondant au lancement de la campagne présidentielle.

Nous avons l’intention de continuer le travail de renforcement du RSD (qui peut compter sur un flux de nouveaux militants) ainsi que les négociations pour la formation d’un front uni des organisations de gauche, en particulier avec le Front de gauche et d’autres.

Nos angles d’attaque pour les élections présidentielles : pas une seule voix à Poutine, pour un contrôle populaire sur les élections, pour un programme social (contre les privatisations et les mesures d’austérité, contrôle des corporations et des ressources naturelles), pour le développement de mobilisations massives comme condition principale d’un changement de système.

 

Déclaration de nos camarades du RSD. Traduit du russe par Charlotte Fichefet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article