Le blog du NPA82

Le débat sur le Front de gauche relancé au NPA (Le Monde)

3262250047 9709206ff0 o

En pleine campagne présidentielle, c'est une drôle d'affiche que celle de ce "débat public", organisée samedi à l'université Paris 8, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). On trouve le Parti de gauche (PG), le Parti communiste (PCF), la Gauche unitaire (GU) ou encore la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase).

Jusque là, rien d'exceptionnel : toutes ces forces sont rassemblées au sein du Front de gauche.

Plus surprenante est la présence de la Gauche anticapitaliste (GA), un courant minoritaire du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), à l'origine de cette rencontre. Il se trouve que la GA, un courant né en novembre, est très critique vis-à-vis de la candidature de Philippe Poutou. Et ils ne s'en cachent pas. Fin janvier, ils ont publié une tribune au vitriol dans l'hebdomadaire du NPA, Tout est à nous !. " La campagne n’a pas de fonctionnalité politique, donc pas d’audience, ce qui nous affaiblit du point de vue même de nos capacités à diffuser nos idées", écrivent-ils.

 

Un après-midi de débats

Au programme, donc, de cette rencontre : des débats sur l'Europe, sur "la crise du système", "l'indispensable transition énergétique" ou encore le mouvement des indignés. "Pour nous, il s'agit de mettre en œuvre la politique dont on estime qu'elle devrait être celle du NPA, explique Ingrid Hayes, porte-parole de la GA. L'idée est de se mettre dans la perspective de la construction d'un bloc anti-crise qui rassemble différentes forces politiques et réfléchisse à l'après-présidentielle, que ce soit la droite ou la gauche qui passe."

Etant donné l'ambiance au NPA et le contexte politique, on s'attendait encore moins à voir la direction du NPA s'inviter à ces débats. Pourtant, Sandra Demarcq et Christine Poupin seront présentes. "C'est un cadre de débats. On y participe par principe", répond Mme Poupin, une des deux portes-paroles du parti. Pas question pour autant d'esquisser un pas en direction du Front de gauche. "Ce qui a bloqué sur la présidentielle, à savoir la question de la clarification des rapports avec le PS n'est toujours pas tranché mais cela ne nous empêche pas de débattre", ajoute-t-elle.

De son côté, le Front de gauche se frotte les mains. "J'ai été surpris que le NPA [la direction] accepte de venir, glisse Eric Coquerel, secrétaire nationale du PG. Ca montre qu'ils auraient pu soutenir une candidature commune." Ce dernier surveille attentivement ce qui se passe au NPA. Pour l'instant, la GA n'a pas (encore) claqué la porte. Si c'était le cas, celle du Front de gauche, qui déjà accueilli d'anciens militants du NPA au sein de la Gauche unitaire et de Convergences et alternatives, leur serait grande ouverte.

 

Et si Philippe Poutou venait à ne pas avoir ses 500 parrainages, les cartes seraient par ailleurs redistribuées. Et la question de la consigne de vote posée. Pour Christine Poupin, "on n'en est pas encore là". Pour Ingrid Hayes, "c'est une question qui se posera". Appeler à voter pour Mélenchon ? "C'est une option que l'on considérera", reconnaît la jeune femme.

 

RBD,

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article