Le blog du NPA82

Le faux bilan de Guéant

tean-3-gueant609 (1).jpg

Claude Guéant a présenté ses chiffres de l’immigration 2011 et les perspectives sarkozistes d’un ministre de l’Intérieur en campagne.

Mardi 10 janvier, le premier flic de la France sarkoziste était « au rapport » pour présenter ses chiffres de l’immigration en 2011 et ses perspectives pour 2012. On notera l’empressement du ministre à divulguer ses chiffres et ses vues, tant l’agenda électoral presse la droite sarkoziste de renchérir au carré face à la crise et son expression politique immédiatement menaçante qu’est le FN. D’ordinaire, les chiffres de l’immigration sont publiés dans un rapport au Parlement pendant l’hiver de l’année suivante et sous une forme bien plus exhaustive que celle proposée par l’homme du président. Ce sont donc les chiffres de l’année 2010 qui vont être transmis à l’Assemblée nationale ces jours-ci. Les chiffres 2011 ne l’étant qu’à l’hiver 2013 ! Cette année pourtant, Guéant attaque bien, aux premières lueurs de l’année électorale, avec la cuvée 2011. En clair : la divulgation précipitée de chiffres savamment choisis et assaisonnés est inséparable de la rétention de ceux-ci dans leur globalité... jusqu’au lointain futur post-électoral. Où quand la « manière », sans guère de fard, révèle le « fond »... Alors du « fond », parlons-en.

Premièrement, en fait de conférence de presse teintée de prononciation de vœux et de rapport officiel, Guéant était en campagne pour son maître. S’appuyant sur des chiffres pipés, le ministre s’est livré à un discours de campagne. Tardant à se déclarer candidat à une élection qui ne lui sourit guère, et parce que le candidat sortant ne gagne jamais à sortir de ses habits présidentiels, surtout quand il n’a jamais voulu, et par là même pu les enfiler malgré ses rodomontades « internationales », Sarkozy laisse travailler l’appareil. Conseillers, ministres, amis et porte-flingues de sa clique parlementaire comme de l’UMP déversent sa démagogie ultra-libérale, sécuritaire, raciste, anxiogène et réactionnaire dans une tactique éprouvée du « bulldozer » et de la sidération.

Tout est bon pour faire réélire Sarkozy
Deuxièmement, proche de la correctionnelle, Sarkozy ne se contente pourtant pas de draguer et gesticuler. Il accentue les attaques en parieur, TVA « sociale » pour carré d’as. S’il est évincé, il aura fait le maximum de réformes, donc de dégâts, et aura bien travaillé pour sa classe. Ne le lui rendant pas au présent, elle saura le remercier dans le futur. Les alliances avec le FN pourraient alors se préciser et se précipiter à la droite d’une UMP condamnée. S’il repasse, il pourrait alors se prévaloir d’un blanc-seing électoral pour des attaques d’une violence encore inconnue.

Troisièmement, dans ce contexte, la surenchère raciste, islamophobe et sécuritaire n’a jamais été aussi peu électoraliste. D’abord parce qu’elle touche de plus en violemment tous les immigrés, réguliers ou pas, français ou étrangers. Aujourd’hui, des sans-papiers traqués aux jeunes des quartiers tués, des étudiants étrangers sommés de partir aux Roms persécutés, le racisme montre son véritable visage de classe, sa réalité concrète et quotidienne. Pourtant, quoique nécessaire, rétablir les chiffres et le vécu des victimes dans leur réalité ne suffit pas aux anticapitalistes.

Quatrièmement, face aux litanies de chiffres, il faut donc dénoncer la politique qui sous-tend leur falsification. Il faut donc dire que l’offensive raciste et islamophobe est bien la pointe avancée d’une véritable guerre antipauvres. Pour preuve la systématisation des discours moraux et policiers sur les fraudeurs et les fainéants, comme toujours tenus du point de vue des « classes moyennes matraquées », élargissant ainsi l’attaque au-delà des immigrés et des quartiers populaires. Il faut poursuivre en disant que cette guerre antipauvres est partie prenante d’une stratégie de division de la classe ouvrière, jamais autant nécessaire qu’en temps de crise pour imposer les mesures présentes et à venir. Voilà bien la teneur réelle du bilan et des perspectives sarkozistes pour 2012. Nous en avons d’autres.


dimanche 22

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article