Le blog du NPA82

Non à l'Ayraulport de Notre-Dame-Des-Landes!

 

Non à l’Ayraultport de Notre-Dame-Des-Landes.

Faisons céder Vinci et le gouvernement  maintenant !

Il y a un an, l’État retirait piteusement ses 1200 policiers et gendarmes envoyés pour expulser les occupantEs de la ZAD -zone à défendre-. Les opposant-e-s avaient fait preuve d'une détermination et d'une cohésion exemplaires malgré leur hétérogénéité: agriculteurs, riverains, écologistes, forces de la gauche alternative... refusant de se laisser diviser. Cette coalition mettait en échec les gesticulations sécuritaires de Valls et s'attirait une large sympathie dans l'opinion, obligeant le gouvernement et Vinci à une pause.

Les bétonneurs s'entêtent

Aujourd'hui, la situation se tend. Le préfet de la Loire-Atlantique a signé en décembre les arrêtés préparatoires au lancement des premiers travaux. La police, quasiment invisible ces 12 derniers mois, se montre de plus en plus présente autour de la ZAD, le harcèlement procédurier de Vinci se poursuit contre les occupantEs. Le gouvernement affirme sa volonté de voir les travaux démarrer avant l’été.

Ce projet est à la fois inutile socialement, dévoreur de fonds publics, dévastateur de biodiversité et destructeur de terres agricoles. Son seul but est de satisfaire les appétits de la multinationale Vinci et de quelques potentats locaux. Il illustre à lui seul toute la capacité de destruction du capitalisme.

Mettons en échec l'aéroport et son monde

Au béton comme seul avenir et au profit comme unique moteur, la mobilisation oppose un tout autre projet de société dont l'objectif est de répondre aux besoins sociaux et écologiques du plus grand nombre et non aux appétits d'une minorité. La lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des Landes est aussi un mouvement d’opposition radicale au gouvernement Hollande-Ayrault qui a travers ce projet démontre une fois de plus sa soumission aux intérêts du patronat et des plus riches, en sacrifiant les populations au nom de l’austérité.

Le 22 février une manifestation est appelée à Nantes, dans la ville du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, premier pourvoyeur du projet. Elle doit être encore plus massive que les rendez- vous précédents, la chaîne humaine du 11 mai et le festival militant des 3 et 4 août. Il s'agit de faire reculer le gouvernement, de l'obliger à abandonner définitivement son projet. Une victoire à Notre-Dame-des-Landes pourrait constituer un point d’appui et un encouragement pour toutes celles et tous ceux qui combattent la politique de ce gouvernement au service des capitalistes.

Ni travaux, ni expulsions : l'aéroport c'est toujours non !

Tous et toutes à Nantes le 22 février

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article