Le blog du NPA82

Relaxe et abandon des poursuites contre les militants de Greenpeace.

2754.previewCommuniqués du NPA.

Relaxe et abandon des poursuites contre les militants de Greenpeace

 

Neuf militantEs de Greenpeace comparaissaient aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Troyes pour avoir pénétré dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Ils encourraient jusqu’à 5 ans de prison. Le procureur a requis de quatre à six mois avec sursis et de 1000 à 2000 euros d’amende.

Ces militantEs doivent être relaxés.

Il s devraient même être remerciés car ils ont mené une action d’utilité publique. Ils ont mis en évidence les failles d’un système dont le lobby nucléaire affirme qu’il est parfaitement protégé.

Nous ne pouvons pas faire confiance ni à EDF ni à l'Autorité de sûreté nucléaire pour donner des informations fiables.

Une fois de plus, comme sur les conditions de travail ou l’exposition des salariés, c’est grâce à l’action militante que le secret est levé, qu’un peu de transparence est faite.

Ajoutons que cinq d’entre eux étaient aussi poursuivis pour refus de se soumettre à un prélèvement ADN. Décidément, qu’ils soient syndicalistes, écologistes ou défenseurs des libertés, les militants sont la cible du fichage policier.

Le NPA exige la relaxe pour les neuf et l’abandon de toute poursuite à l’encontre des deux autres activistes, qui seront jugés le 24 janvier à Privas pour s’être introduits dans la centrale de Cruas.

 

Le 20 janvier 2012.

Solidarité avec le collectif antinucléaire du Vaucluse.

Des militants antinucléaires du Vaucluse occupent, avec le collectif antinucléaire, le conseil général depuis cet après-midi.

Ils entendent protester contre la passivité du conseil général qu'ils ont, à plusieurs reprises, alerté quant aux dangers pour la santé que les installations nucléaires font courir aux habitants, qu'il s'agisse de la contamination de l'eau du robinet, du rejet de radiocontaminants, de la découverte de plutonium dans les eaux du Rhône ou de l'explosion du four de déchets nucléaires à Marcoule.

A cela se rajoute une étude récente de l'INSERM montrant que les victimes non-salariées des installations nucléaires, notamment les jeunes enfants, sont 2, 2 fois plus nombreuses que prévues.

Le NPA qui s'est prononcé pour une sortie du nucléaire en 10 ans, en garantissant l'emploi des travailleurs du secteur, sous-traitant compris, premières victimes de cette industrie mortifère, apporte toute sa solidarité aux antinucléaires du Vaucluse.

 

Le 20 janvier 2012.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article