Le blog du NPA82

Réorienter radicalement le NPA (tribune parue dans l'hebdo du NPA du 20 juin 2012)

 

Une réunion nationale des comités du NPA, préparée par des réunions locales se tiendra les 7 et 8 juillet prochain. Le courant Gauche anticapitaliste y défend son orientation dont cette tribune dessine les contours.

Réorienter radicalement le NPA

La situation politique et sociale nécessite un NPA audacieux, offensif et unitaire qui propose de réorienter radicalement les anticapitalistes.

Au niveau européen, l’approfondissement d’une crise sans fin exige une politique offensive pour faire converger les résistances, crédibiliser des revendications européennes, construire les solidarités. Pour l’heure, c’est en Grèce que se joue le sort des peuples européens. L’urgence est donc d’affirmer notre solidarité pleine entière avec la résistance grecque et son porte-drapeau Syriza, en soutenant sa proposition d'un gouvernement « 100 % à gauche » associant toutes les formations de la gauche radicale, des représentants des indignéEs et des syndicats, toutes celles et ceux qui refusent le diktat du mémorandum austéritaire et énoncent une politique alternative basée sur une répartition égalitaire des richesses.

En France, les dégâts sociaux de la crise, la course de vitesse engagée suite à l’implantation durable du FN notamment dans les classes populaires, tout pousse à rassembler les forces de la gauche radicale, réformistes de gauche, antilibéraux, anticapitalistes. Le Front national va tenter de se présenter comme la seule opposition à un gouvernement social-libéral qui va sous peu entrer dans le dur d’un programme d’austérité de gauche. Il faut parvenir à lui opposer non seulement la convergence des résistances mais la construction d’une alternative politique crédible.

Dans l’état actuel des rapports de forces, marqué notamment par la disparition électorale de l’extrême gauche (à laquelle le NPA a contribué par l’orientation catastrophique mise en œuvre depuis la CN de juin 2011) la construction d’un bloc anti-austérité doit partir de l’existant, c’est à dire du Front de gauche, avec l’objectif de l’élargir et de le transformer. La dynamique de la campagne présidentielle de Mélenchon, appuyée sur un profil d’opposition de gauche au PS, a constitué la bonne nouvelle de la séquence électorale. Cette dynamique ne s’est pas traduite dans les législatives : il n’y a pas vraiment eu de campagne nationale et les résultats sont contrastés. Mais la mise en mouvement de secteurs significatifs du mouvement social et syndical, la repolitisation d’une série de couches de la société va mûrir et porter ses fruits, dans les combats à venir.

Il restait une vérification majeure, celle de la participation ou non du FdG au gouvernement Hollande. Cette hypothèque est aujourd’hui levée. Il faut tirer les conséquences de la satisfaction d’une exigence portée, depuis 2005, par la LCR. Le NPA doit engager un processus de discussion et entrer au FdG, comme courant indépendant.

Il n’est pas question d’abdiquer du projet de rassembler les anticapitalistes, dans la perspective d’une transformation révolutionnaire de la société. Le NPA doit contribuer, au sein du FdG, au rassemblement de tous les anticapitalistes et écosocialistes.

Construire un bloc de gauche anti-austérité, rassembler les anticapitalistes en son sein, telles sont les tâches de l’heure, dans une situation politique et sociale difficile, qui ne laisse pas place aux atermoiements ni au sectarisme.


Copyright : Photothèque Rouge/Marc

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article