Le blog du NPA82

Toulouse : attaque fasciste, 1 blessé grave

JPEG - 218.8 ko

 

Dimanche 1er avril vers 1 heure du matin, une fois de plus les fachos toulousains se sont à nouveau manifestés place Arnaud Bernard.


La place Arnaud Bernard était animée par la fête et la convivialité comme à son habitude, quand un groupe fit irruption sur la place. Une vingtaine d’individus groupés marchant au pas et plus ou moins cagoulés arrivent du boulevard Lascrosses. La démarche et l’attitude agressive des individus ne laissent pas planer beaucoup de doute : « c’est les fachos » crient certains fêtards de la place. En effet, ils parcourent la place en provoquant les badauds. Devant le regard médusé des gens en terrasse, les individus ont crié « Toulouse hooligans » tout en effectuant des saluts hitlériens. Après quelques minutes de latence, l’ensemble des gens sur la place ont vivement réagi pour repousser les assaillants qui avaient commencé à s’attaquer à la terrasse d’un café et aux clients d’un kebab.


En s’enfuyant vers la place Saint Sernin, les fachos ont grièvement blessé un étudiant chilien. L’intervention d’un témoin lui aura certainement sauvé la vie. En effet la victime dans le coma a été transférée à l’hôpital. Le pronostic vital fut au cours de la soirée engagé. L’état de la victime s’est amélioré dimanche après-midi. Sorti du coma, le blessé souffre de multiples fractures de la boite crânienne et d’une paralysie des membres. Selon nos informations datant de dimanche soir, la paralysie ne serait pas définitive.

Plus tard, une partie des gens qui venaient de se faire attaquer place Arnaud Bernard décidèrent d’aller demander des comptes aux fachos en allant à leur local du 36 allée de Barcelone. Avant même qu’ils arrivent à la porte, la police est intervenue en tirant au flashball. S’en suivi un contrôle d’identité et une fouille. La police effectua 5 interpellations. 4 personnes ont rapidement été libérées dans l’heure qui suivit. La cinquième personne est toujours en garde à vue lundi midi. A notre connaissance aucun affrontement n’a eu lieu non plus place Saint-Pierre.


Une fois de plus les fachos n’ont pas été inquiétés, malgré une ratonnade qui a failli coûter la vie à une personne, ils ont pu tranquillement continuer leur soirée. La police a été plus efficace défendre le local du Bloc Identitaire, que pour protéger les toulousains qui festoyaient à Arnaud Bernard… Nous nous étonnons de l’attitude des forces de l’ordre. Il semblerait que les « enquêteurs » croient tenir le « coupable idéal » de l’agression de l’étudiant. Selon nos informations, l’accusé était vers la place Saint Pierre au moment de l’agression. De plus l’accusé est antifasciste alors que l’étudiant a été agressé pas des fascistes ! En conséquence, nous demandons la libération immédiate de l’interpellé.

 

Plus qu’une rixe entre extrêmes, ce qui s’est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche, s’apparente plus à une volonté de la part de jeunes hooligans d’extrême droite et des militants identitaires de venir agresser des personnes représentant tout ce qu’ils détestent à souhait : des manifestants occitanistes fêtant la réussite de leur manifestation, des populations d’origine étrangère, des jeunes de gauche, des kebabs, surtout une place et quartier symbolisant la diversité des cultures et le métissage qu’ils exècrent.

Tolosa antifa
lundi 2 avril 2012

à lire sur  http://unionantifascistetoulousaine...

 

Occitània Antifascista, comunicat de Libertat !

JPEG - 73.8 ko

La manifestation de Toulouse a été une réussite sur de nombreux points. Cependant, d’autres faits viennent noircir le tableau puisqu’une fois de plus les identitaires nous ont prouvé la vision sectaire et rétrograde de l’Occitanie qu’ils défendent ! Ainsi, malgré le refus de l’organisation de les voir intégrer le cortège, les identitaires n’ont eu de cesse d’essayer de l’intégrer, en vain !

Certainement déçus face à l’unité des occitans dans la volonté de défendre une Occitanie ouverte, métisse et tolérante, les identitaires ont voulu faire preuve de leur violence et de leur haine en attaquant le quartier cosmopolite d’Arnaud Bernard. Mais la résistance sur place était bien présente, et les identitaires et leur idéologie nauséabonde ont été chassés du quartier et "raccompagnés” jusqu’à leur repère.

Pourtant, la police, appareil de l’état français, a choisi, une fois de plus, de prendre parti pour les identitaires et ce malgré les nombreuses provocations de ces derniers : ce sont bien des militants antifascistes qui ont été contrôlés et pour certains interpellés, l’un d’entre eux sort d’ailleurs à peine de garde à vue, et ce malgré le fait que les identitaires aient laissé un homme à terre (il est toujours à l’hôpital) dans le quartier Arnaud Bernard.

Nous rappelons que l’Occitanie est et sera toujours métisse. De part son histoire et sa situation actuelle, l’Occitanie ne peut pas se conjuguer avec des valeurs racistes et restera une terre d’accueil et de parage ! Nous ne laisserons pas les identitaires voler ses symboles et son identité, ni détourner ses valeurs.

A LIBERTAT ! nous dénonçons donc ce faux-semblant de "justice”. Aussi, LIBERTAT ! affirme clairement sa solidarité avec l’Union Antifasciste Toulousaine, les camarades venus de toute l’Occitanie et plus encore avec le camarade arrêté ! Aujourd’hui, nous pensons fort à lui, et nous lui apportons tout notre soutien, en espérant une fin meilleure, mais surtout plus logique à cette situation complètement renversée par rapport aux faits tels qu’ils ont été vécus !

 

La manifestacion de Tolosa qu’estó ua escaduda sus numerós punts. Totun, d’autas hèitas vienen ennegrir aquera jornada e un còp mei los identitaris nos muishèn la lor cara e la lor vision sectària e retrograda de l’Occitània qu’emparan ! Atau, a maugrat de l’arrefús de l’organizacion de’us véder dens lo cortègi, los identitaris ne s’estanquèn pas d’ensajar d’i accedir, en van ! Benlèu decebuts pr’amor de l’unitat deus occitans dens la volontat de deféner ua Occitania obèrta, mestissa e toleranta, los identitaris que volón har mòstra de la lor violéncia e de la lor hasti en tot atacar lo barri cosmopolita de Naut Bernard. Mes la resisténcia sus plaça èra plan presenta, e los identitaris e lor ideologia pudenta qu’estón hòrabandits deu barri e "menats” dinc au lor repèra. Totun, la polícia, aparelh de l’estat francés, a causit, un còp mei, de préner partit peus identitaris, e çò a maugrat de las numerosas provocacions d’aqueths : que son plan militants antifascistas qu’estón contraròtlats e per daubuns interpellats, l’un d’entre eths sorteish d’aulhors a pena de guarda a vista, e çò a maugrat deu hèit que los identitaris ajan deishat un òmi a tèrra (es totjorn a l’espitau) dens lo barri Naut Bernart. Brembam que l’Occitània es e serà totjorn mestissa. Pr’amor de son istòria, pr’amor de sa situacion actuau, Occitània ne’s pòt pas conjugar dab valors racistas e demorarà ua tèrra d’arcuelh e de paratge ! Ne deisharam pas los identitaris raubar los sons simbèus, la soa identitat, ni desvirar las soas valors. A LIBERTAT !denonciam donc aqueth faus-semblant de « justícia ». Tanben, LIBERTAT ! que crida clarament la soa solidaritat dab l’Union Antifascista tolosana , los companhs vienuts d’Occitània tota e mei enqüèra dab lo companh arrestat ! Que pensam hòrt ad eth uei, e que’u portam tot lo nòste sosten en tot esperar ua fin melhora, mes sustot mei logica ad aquera situacion completament capvirada cap a las hèitas atau com estón viscudas !

 

lundi 2 avril 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article