Le blog du NPA82

Vivtoire de Syrisa en Grèce

 

Victoire de Syriza en Grèce, une baffe à la troïka !

Notre solidarité : mobilisation contre l'austérité

 

La victoire électorale de SYRIZA en Grèce est une excellente nouvelle, porteuse d'espoir pour toutes celles et tous ceux qui partout en Europe combattent les politiques d'austérité.

Enfin un non de gauche à l'austérité !

Par son vote, le peuple grec  a opposé un non catégorique aux  mémorandums, à la corruption et au pillage.  Cette victoire montre qu'il est possible que la population, assommée par des politiques d'austérité pendant 5 ans, se détourne des partis socialistes pour se tourner vers une coalition de partis se situant sur sa gauche et prouve que la fuite en avant à droite ou pire à l'extrême-droite n'est pas une fatalité ! 

Le FMI, la BCE, l'Union Européenne n'avaient pourtant pas ménagé leurs efforts pour dissuader les grecs de chasser le gouvernement de droite. Mais l'urgence et l'espérance de pouvoir enfin stopper la dégradation des conditions de vie de l'immense majorité de la population ont été les plus forts.

 

La victoire électorale n'est qu'un premier pas.

En votant pour Syriza les électeurs ont voté pour le retour du 13e mois pour les pensions et un salaire minimum de 750 euros, pour l'arrêt des privatisations,  pour l'accès à la santé et à l'électricité... Mais seul le rapport de force, pourra faire aboutir ces mesures élémentaires indispensables pour desserrer l'étau de l'austérité qui étouffe les  classes populaires.  Les mobilisations vont devoir les imposer face à la troïka, aux banquiers et aux multinationales.

 

Syriza a gagné les élections, mais n'est pas majoritaire et le Parti Communiste (KKE) refus toute alliance. La direction de Syriza s'est alliée avec un petit parti (Grecs indépendants) opposé aux mémorandums de l'Union Européenne mais nationaliste et réactionnaire.

L'abstention est restée forte (36 %) en particulier dans les quartiers les plus déshérités. Enfin Aube Dorée, organisation nazie, occupe la troisième place alors que près de 70 élus ou militants, dont la majorité de sa direction sont en prison et attendent d'être jugés pour «appartenance à une organisation criminelle».  La lutte contre cette organisation nazie, criminelle doit donc continuer.

Il n'y a pas de temps à perdre, il faut que des changements concrets interviennent très vite pour faire reculer le sentiment que rien n'est possible.

 

Un devoir de solidarité et un formidable encouragement dans toute l'Europe.

En Grèce comme ici, il n'y a pas d'issue sans annulation de la dette et constitution d'un monopole bancaire pour mettre les financiers hors d'état de nuire. Toute satisfaction des revendications passera immanquablement par la confrontation avec la troïka.   Le peuple grec aura très vite besoin d'une puissante solidarité internationale pour faire respecter son choix démocratique face à toutes les menaces et tous les chantages. Le soutien le plus efficace sera  de nous battre ensemble pour faire reculer les politiques de régression sociale et nous débarrasser des gouvernements qui en sont responsables.

Il y a désormais l'espoir qu'après avoir été le laboratoire européen des politiques austéritaires, la Grèce devienne celui des mobilisations politiques et sociales victorieuses.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article