Le blog du NPA82

manif régionale contre l'austérité du 15 nov. à Toulouse

 

INTERVENTION DU NPA A LA FIN DE LA MANIF DU 15 NOVEMBRE A TOULOUSE

 

Camarades,

 

Cette manifestation contre le budget et contre l’austérité se situe à mi-mandat de F. Hollande. Eh bien c’est le moment de rappeler que depuis deux ans et demi, c’est sa politique qui provoque la désespérance sociale et qui fait le lit du FN.

 

Non, nous n’oublierons pas les promesses qui avaient été faites, de l’engagement de la non-fermeture du site d’Aulnay-PSA, à ceux vis-à-vis des Arcelor-Mittal, des Goodyear et de tant d’autres.

Nous n’oublierons pas non plus cette déclaration contre le monde de la finance vite passée à la trappe.

 

Non, nous n’oublierons pas toutes les forfaitures commises par ce gouvernement, et tous les cadeaux faits au patronat, et qui sont dénoncés par le collectif unitaire à l’initiative de la manifestation.

 

Avec une telle politique, pourquoi le MEDEF se gênerait-il pour en demander encore plus, en visant en particulier le CDI ? Il pourra compter dans cette bataille sur l’appui sans faille de Jean Tirole, ce prix Nobel d’économie dont les toulousains, ceux qui souffrent quotidiennement, qui subissent la précarité, se seraient bien passés.

 

Il n’y a pas de limites aux régressions sociales parce qu’il n’y a pas de limites à l’appétit des capitalistes. Et parce que le gouvernement leur est entièrement dévoué, il n’y a pas de limite à l’austérité qu’il cherche à imposer.

 

La seule limite c’est celle de la lutte, de la résistance collective. Mais cela, le gouvernement ne peut le tolérer et c’est pourquoi, pour imposer en force sa politique, il ne peut que recourir à la répression et à la criminalisation du mouvement social : contre les manifestations en solidarité avec le peuple palestinien, contre les Rroms, contre les cheminots après leur grève, contre les postiers du 92, à l’inspection du travail, contre les opposants à NDDL, à la ferme-usine des 1000 vaches, au barrage de Sivens, contre le droit de manifester et en premier lieu ici à Toulouse, avec tous les inculpés et condamnés des 1° et 8 novembre pour lesquels le NPA exige l’abandon des poursuites et l’amnistie.

 

Et avec le meurtre de Rémi, l’intolérable a été atteint.

 

Je disais que nous n’oublierions rien des renoncements et forfaitures de ce gouvernement comme de celui de Ayrault, mais pour Rémi, il n’y aura ni oubli ni pardon.

 

Et donc le seul coup d’arrêt que nous pouvons et devons mettre à cette politique, c’est l’action de masse déterminée, la plus large possible. C’est la construction d’un rapport de forces à la hauteur des attaques portées par le patronat et le gouvernement, pour d’abord faire échec à ces attaques, à ce budget d’austérité, mais aussi en mettant en avant les exigences sociales, écologiques et démocratiques de rupture avec le patronat et la logique de profit : pour nous, NPA, éradiquer le chômage par la réduction massive du temps de travail, assurer à toutes et tous des conditions décentes de vie ( salaire minimum à 1700 €, droit au logement, accès aux médicaments et soins gratuits), exproprier et mettre sous contrôle populaire les principaux secteurs de l’énergie et des transports, en finir avec les grands projets inutiles type NDDL et assurer une réelle transition énergétique, refuser de payer la dette publique et socialiser le système bancaire.

Aujourd’hui, tous ensemble dans la rue, demain tous ensemble sur nos lieux de travail, dans nos quartiers, pour construire les résistances collectives et les faire converger vers un large mouvement national. Car de nombreuses luttes existent et leur convergence est nécessaire pour construire le rapport de forces. Tous ensemble, nous pouvons gagner !

Et rendez-vous à toutes et à tous samedi prochain 22 novembre, pour la grande manifestation unitaire contre le barrage de Sivens et contre les violences policières !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article